Débutée en 2018 (10): "Complexation de biopolymères pour la nanoencapsulation de molécules antimicrobiennes pour la conservation des aliments" (thèse de Wei LIAO)

Direction de thèse : Adem Gharsallaoui

• Financement : Bourse du gouvernement chinois

De nombreux produits alimentaires sont périssables et nécessitent une protection contre l’altération et les bactéries pathogènes, de la préparation à la consommation. L'une des stratégies utilisées pour la conservation des aliments non traités thermiquement consiste à ajouter des conservateurs chimiques. L'utilisation d'antimicrobiens naturels, tels que les huiles essentielles ou les extraits de plantes, suscite un intérêt considérable. Cela est principalement dû à la sensibilité accrue des consommateurs aux aliments plus sains et naturels. Il existe un certain nombre de défis technologiques associés à l'incorporation de molécules actives dans des produits alimentaires. En effet, de nombreux antimicrobiens naturels, tels que les huiles essentielles, ont une faible solubilité dans l’eau et sont des composés très labiles. Ainsi, ils peuvent facilement se décomposer ou s’évaporer au cours du traitement des aliments, être difficiles à solubiliser ou interagir avec les autres composants des aliments. L'encapsulation est une stratégie potentielle pour améliorer la stabilité et la libération efficace de molécules antimicrobiennes naturelles dans une matrice alimentaire. Une grande partie de la bibliographie actuelle sur l'encapsulation de molécules antimicrobiennes traite des capsules de taille micrométrique. L’objectif de ce projet de thèse sera de fabriquer, en combinant des biopolymères, des nanocapsules antimicrobiennes. La coacervation complexe sera utilisée pour stabiliser les nanoémulsions / nanosuspensions par la méthode multicouche. Les systèmes de taille nanométrique comparés aux capsules de taille micrométrique peuvent augmenter les mécanismes d'absorption cellulaire passive, réduisant ainsi les résistances au transfert de masse et augmenter l'activité antimicrobienne en libérant leur contenu à l'intérieur des cellules microbiennes. De plus, les nanocapsules fourniraient une plus grande surface et une meilleure dispersion dans les matrices alimentaires.